Alors que la téléphonie peine clairement à se réinventer depuis quelques années maintenant et l’avènement du smartphone, il se pourrait bien que le marché tienne enfin son messi sans fin.

L’élu répondrait au doux nom d’iFold, une jeune start-up française qui s’est donné la mission de faire se rencontrer “téléphonie et origami”.

Cette mission est menée au quotidien par Jean Jacques Foldman, dont le passé reste assez mystérieux. Il semble que cet entrepreneur charismatique n’est pas suivi un cursus complètement “classique” en ce sens que l’on ne retrouve dans son CV ni LENA ni HARVARD.

Comment en est-il arrivé à concevoir ce qui est sans aucun doute le téléphone du futur, la tech sphère se le demande tous les jours.

iFold, la petite marque à la croissance folle

C’est dans un petit garage de province que JJ Foldman et son acolyte de toujours, Dominique (qui préfère taire son nom de famille, pour des raisons de casier judiciaire un peu bre-som) ont débuté la conception de leur prototype.

Ce prototype, l’iFold, révolutionnait alors déjà tout ce qui était ne serait-ce que pensable en termes de mobile.

Le concept : un smartphone pliable.

Nous sommes en 2015, et la plupart des constructeurs de l’époque ne pensent qu’à jouer avec leur crotte de nez et élargir toujours plus les écrans.

Mais Mr Foldman a une vision bien différente du marché, il veut “disrupter le game” comme il le dit, et la solution pliable lui semble la plus appropriée.

Alors que la technologie de l’époque ne le permet, JeanJ’ et Dom’ (comme ils s’appellent entre eux) savent que “seuls les vrais sachent” comme ils le disent.

La tech’ ? Pas un problème.

Il faut dire que Dom’ a déjà les mains bien enfouies dans le cambouis et n’en est pas à son premier écran OLED.

Il le sait, la limite n’est pas technologique.

2016 voit le premier prototype de smartphone pliable des deux compères arriver, il est parfaitement fonctionnel et fonctionne avec une fluidité incroyable.

Seul bémol : le marché n’est pas prêt à le recevoir !

Il faudra donc attendre 2 longues années à se tourner les pouces pour les deux compagnons de fortune avant qu’un investisseur ne les prenne au sérieux.

Pourtant les avantages et les arguments ne manquent pas, et la liste des fonctionnalités de rêve de l’iFold est bien longue.

Je vous laisse en juger par vous-même :

  • une batterie qui se recharge seule par le seul mouvement de pliage
  • un téléphone qui offre 3 capteurs photos pour permettre de photographier directement en 3D
  • une foultitude d’applications dédiées et optimisées présentes au sein de l’iFold Market
  • une assistance vocale nommée Allison, prête à tout pour l’utilisateur
  • un matériau incassable
  • un écran extensible qui peut se plier jusque 4 fois
  • le tout fait de manière éthique par des petits Chinois avec des matériaux recyclés, pour moins de 500€ (prix de lancement)

À l’heure où les fabricants commencent enfin à se rendre compte que le téléphone pliable représente l’avenir, iFold peut se mettre à rêver.

Avec autant d’avance sur la concurrence, les business angel ne devraient plus tarder pour prêter main-forte à Jean Jacques.

Date de lancement prévue le 1er avril 2019, préparez-vous au futur.